Le pancréas

Le pancréas une glande annexée au tube digestif. Il est situé derrière l’estomac, devant et au-dessus des reins. Ses fonctions dichotomiques de glandes à sécrétions exocrine et endocrine font du pancréas une glande amphicrine. Chez l’Homme, le pancréas avoisine les 15 cm de long pour une masse allant de 10 à 50 g. C’est un organe vital.

La fonction exocrine du pancréas est la sécrétion :

  • de bicarbonate de sodium sous l’action de la sécrétine en provenance du duodénum
  • des enzymes pancréatiques

Les sécrétions pancréatiques ont un pH compris entre 7,5 et 8,2. En 24 heures, le pancréas déverse environ 2 litres de bicarbonates dans le duodénum. Cette substance très alcaline a pour fonction de neutraliser l’acidité du chyme stomacal fraîchement arrivé dans le duodénum. Cette neutralisation est essentielle étant donné que la majorité des enzymes intestinales et pancréatiques sont inactives en condition acide.

Le suc pancréatique contient des proenzymes biosynthétisées par les cellules acineuses. Ces proenzymes sont inactives : elles seront activées dans le tube digestif par les sucs gastriques pour détruire des molécules plus ou moins grosses, elles seront alors appelées hydrolases. Parmi les enzymes sécrétées par les acini, on retrouve des enzymes protéolytiques (trypsine, chymotrypsine, carboxypeptidase…) mais aussi des ribonucléases (RNase) et des désoxyribonucléases (DNase) qui dégradent des résidus nucléotidiques. Enfin, on trouve également des lipases et des amylases pancréatiques.

L’insuffisance sécrétoire entraîne une pancréatite chronique avec une mal digestion, une mal absorption et une mal nutrition.

Comme toutes les glandes endocrines, le pancréas synthétise des produits de sécrétion qui sont libérés dans la circulation sanguine où ils vont agir à distance vers des tissus (ou cellules) cibles. La partie endocrine ne représente que 1 % du pancréas (en nombre de cellules et en masse) mais s’octroie 10 % de son irrigation sanguine. Les produits synthétisés par le pancréas endocrine sont principalement les quatre hormones suivantes :

  1. l’insuline (seule hormone hypoglycémiante);
  2. le glucagon (hormone hyperglycémiante);
  3. la somatostatine (permet la contraction de la vésicule biliaire, augmente la mobilité intestinale et inhibe la sécrétion de l’insuline et du glucagon);
  4. le polypeptide pancréatique.

Le glucagon et l’insuline sont donc deux hormones nécessaires à la régulation de la glycémie (concentration du glucose dans le sang).

Le glucagon accélère laglycogénolyse, l’insuline, quant à elle, fait l’effet contraire, car elle favorise la glycogénogenèse

Les principaux agresseurs intestinaux

le stress
l’alcool
les médicaments anti-inflammatoires
la pilule
les antibiotiques
les anesthésiques préopératoires
la chimiothérapie